15 49.0138 8.38624 1 0 4000 1 https://www.grainesdereflexion.com 300

3 méthodes pour tenir tes projets sur la durée

Ca y est, tu es décidé.e, tu te lances dans un projet (quel qu’il soit : spotif, professionnel, créatif…). Bravo ! Je t’ai déjà donné quelques conseils pour dors et déjà commencer à mener à bien tes projets dans un précédent article.

Aujourd’hui je reviens avec des idées complémentaires. Car après avoir bien défini ton projet et t’être organisé.e sur le long terme, le plus difficile est d’y aller jusqu’au bout.

Pour cela, j’utilise moi même quelques méthodes bien efficaces. Le but est d’éviter la démotivation et la procrastination. Je te propose donc 3 méthodes (et un petit conseil « bonus ») qui fonctionnent sur moi, pour tenir tes projets sur la durée :

S’y mettre tout doucement : la méthode Kaizen

Il y a une idée tenace selon laquelle quand on y va, il faut y aller à fond. Le grand ménage de printemps qui a pour objectif de nettoyer et ranger sa maison de fond en combles en 1 week-end. Se mettre au sport 30 minutes par jour coûte que coûte, où seule l’intensité sera modulée…

La méthode Kaizen, d’origine japonaise, va à contre courant de ce principe. Il s’agit d’une philosophie assez complexe mais ici on va juste analyser le point qui nous intéresse.

Ici, l’idée est de réaliser d’infimes changements chaque jour, pour finalement arriver à un véritable changement.

C’est un peu une méthode des petits pas, qui permet de ne pas reculer l’action sous prétexte qu’elle est trop ennuyeuse, difficile ou chronophage.

Si tu te dis : je vais faire 30 minutes de sport tous les 2 jours. Il y a de grandes chances que tu trouves des excuses pour ne pas t’y tenir.

Si tu te dis : je vais faire 2 minutes de sport aujourd’hui. Puis le lendemain, tu en fais 3, puis le surlendemain, tu en fais 4. C’est beaucoup plus acceptable psychologiquement.

Alors oui, avec cette méthode on n’est pas très rapide. Mais je te rappelle cette jolie fable du lièvre et de la tortue… En allant trop vite, tu vas te décourager. Si tu y vas volontairement trop lentement, ton cerveau va assimiler le fait que « ça n’est rien ». Et ainsi, tu pourras améliorer imperceptiblement ton projet, mais sur la durée.

J’utilise cette méthode pour absolument TOUT.

– Au travail, lorsque je traîne à faire un dossier. Je vais d’abord l’ouvrir. Puis lire la question. Ensuite réfléchir. Enfin peut être débuter l’entête de ma réponse et ainsi de suite. Entre chaque action : une pause.

– Pour une nouvelle activité sportive. Je vais d’abord regarder des vidéos. Puis me mettre sur le tapis et tenter un mouvement. Un autre jour voir si je peux faire 10 sec. Et un autre 30 sec…

– Même mon blog et le podcast ont été lancés avec cette méthode. J’ai d’abord pris le temps d’imprégner mon esprit de l’idée de créer quelque chose. Puis j’ai fait des recherches. Enfin j’ai acheté mon nom de domaine et créé un compte wordpress…

– Tu peux même la réaliser pour un changement de mode de vie, ou alimentaire. Tu n’aimes pas les légumes ? Commence par en regarder au supermarché, puis par acheter un que tu aimes, puis réaliser une recette dans la semaine avec des légumes…

Tu as compris le système. Il faut volontairement commencer très bas, c’est ainsi que tu arriveras au bout de ton objectif sans casser cette ascension progressive. Et parfois plus rapidement qu’en t’y mettant à fond 2 ou 3 jours mais en ne reprenant jamais le projet par la suite.

Faire une bonne liste des objectifs à atteindre : la méthode SMART

Que signifie la méthode SMART ? C’est une technique managériale. Chaque lettre a une signification permettant de déterminer ce qu’est un bon objectif.

S – Spécifique

M – Mesurable

A – Atteignable

R – Réaliste

T – Temporellement défini

Lorsque tu as un projet en tête, il est bien de réaliser une « to-do liste » des étapes à franchir et des objectifs à moyen et long terme. La technique SMART peut t’aider à concevoir cette liste pour qu’elle soit la plus efficace possible. C’est à dire que tu réussisses à cocher les objectifs de celle-ci et que tu la suives dans le temps.

Réussir à identifier le plus finement chaque objectif t’aidera à voir ta progression et donc te motivera à chaque étape !

En bref voici l’application de chaque sigle :

– Spécifique : ton objectif doit être clair et précis. Par exemple : « je veux créer » est trop large « je veux lancer un blog / peindre des aquarelles » est plus visualisable.

– Mesurable : toujours pour savoir où tu vas, le mieux est de pouvoir quantifier ton objectif. L’illustration parfaite est pour la perte de poids : je veux perdre 2kilos.

– Acceptable : Ici, tu dois réussir à te donner un objectif à la fois motivant mais raisonnable. Si tu sous estime tes capacités, tu seras vite ennuyé.e et donc ne seras pas motivé pour le faire.

– Réalisable : En corrélation avec le critère précédent, ton objectif doit être réaliste vis à vis de ton expérience et du temps que tu as à lui consacrer. Peut-être que faire 1h de yoga sera trop pour toi pour une 1ere étape, prévois cet objectif pour plus tard. Ton objectif pourrait donc être 30 minutes par semaine, histoire d’être à la fois motivé.e mais pas découragé.e.

– Temporellement défini : C’est très important de se donner une date limite pour pouvoir rester motivé.e. En effet, si tu te dis « je vais peindre des aquarelles 1h par semaine » sans te donner de début et de fin à cet objectif, tu risques de le reporter pour cause de manque de temps. Tu pourras donc te dire « à partir de lundi, je peins 1h par semaine pendant 2mois », puis le moment venu tu réévalueras ton objectif.

Voici un dernier exemple très pratique avec mon expérience sur le blog, comment j’ai fait pour me tenir dans la régularité de publication :

– Je veux publier des articles sur mon évolution professionnelle et sur la nutrition

– La fréquence sera de 1 article par semaine

– 1 par semaine me permet d’avoir toujours un sujet en préparation

– Mais ne me prend pas trop de temps par semaine entre le travail/le bts/mon temps libre

– Je publierai ces articles d’ici lundi prochain et je ferai un bilan à 6 mois

Rester concentré.e : la méthode pomodoro

Quand on doit faire quelque chose qui ne nous enchante pas forcément, ou bien quand on est un peu accro à la sur-stimulation, il est difficile de se concentrer réellement et d’être efficace. Pourtant, plus tu seras efficace dans la réalisation de tes projets (notamment s’il s’agit de projets rédactionnels, créatifs…), plus tu seras motivé.e. En effet, une tâche exécutée efficacement sera plus rapidement bouclée et donc tu n’auras pas la sensation d’avoir trop de temps à « perdre » avec elle. Donc tu procrastineras moins.

La méthode pomodoro est très, très simple. Elle va t’aider à rester concentré.e pendant une durée raisonnable et sans frustration. Il s’agit de mettre un minuteur sur 25 minutes, et de travailler sur ton projet sans aucune autre distraction pendant ce temps. Ensuite, tu t’autorises 2/3 minutes de pause. Puis tu reprends ce rythme pendant 4 cycles. A la fin, tu pourras faire une pause de 15 à 20 minutes.

Cette méthode a plusieurs avantages :

– Tu restes concentré sur une durée limitée et donc tu peux délimiter les tâches que tu vas exécuter pendant ces 25 minutes. Ce qui t’aide à avancer progressivement

– Tu augmentes ton seuil de concentration naturel. La sur-stimulation a tendance à nous rendre intolérant.e.s à la concentration, on fait plusieurs tâches à la fois. On regarde son téléphone sans raison. Plus tu feras cet exercice, plus ces 25 minutes sans distraction te sembleront courtes. Cela va même t’apaiser à terme.

– Tu n’es pas frustré et t’autorise des pauses bien méritées. Du coup, c’est gagnant-gagnant : tu avances et tu ne culpabilises pas de flâner sur le net ou de laisser ton esprit vagabonder.

Dernier conseil : si tu es comme moi et que tu as tendance à être facilement distrait.e, réduis pour les premières fois la durée du minuteur à 15 minutes.

Reste bienveillant.e et flexible

Si je t’ai présenté toutes ces méthodes, c’est parce que je les applique au quotidien et que je sais qu’elles ne mettent pas de pression dans l’avancement des projets.

Mais tu peux être tenté.e de vouloir tout faire très vite, de rajouter à chaque to-do liste finie de nouvelles tâches, et te surbooker.

De même, tu peux te culpabiliser de n’avoir pas réalisé telle tâche ou tel objectif dans le temps que tu t’étais imparti.

Les derniers conseils que je te donne sont donc du bon sens : de la bienveillance et de la flexibilité.

Ne te crée pas des planning trop rigides. Il ne feront que t’angoisser davantage si chaque heure ne se passe pas comme prévu. Laisse aussi le hasard faire les choses, et laisse toi la possibilité d’échanger voire de supprimer certaines étapes.

De même lorsque tu as réussi un objectif, n’en fais pas plus que prévu. Laisse toi ce temps pour apprécier ce que tu as réalisé et pour te reposer. C’est le moment de la récompense, et si tu le rates tu auras moins envie la prochaine fois de recommencer.

Je te souhaite bon courage pour tout ce que tu as envie d’entreprendre !

Quelles sont tes astuces pour atteindre tes objectifs ?

Partager:
Categorie:Slow life
Articles précédents
Podcast épisode 17 – Labels et alimentation : décryptage
Articles suivants
Découverte à cogiter – juin 2018

0 Commentaires

Laisser un message