15 49.0138 8.38624 1 0 4000 1 https://www.grainesdereflexion.com 300

Découvertes à cogiter – janvier 2019

On se retrouve pour notre rendez-vous mensuel des découvertes à cogiter ! Je n’ai pas résisté, en ce week-end de chandeleur, de te partager une photo de crêpe napée de pâte à tartiner choco-noisettes maison en photo. J’espère ne pas te donner trop faim pour ta lecture de l’article du jour 😉

Ce mois-ci j’ai énormément travailler sur mes cours, donc peu de nouveautés. J’ai cependant fini la lecture d’un livre que j’avais eu pour Noël et qui a été un gros coup de cœur. Ecouté un podcast décomplexant sur le café. Et réfléchi sur un régime à la mode en ce moment : le régime cétogène.

J’ai hâte de savoir quelles ont été les articles/livres/podcasts que tu as aimé ce mois-ci !

Le livre Le potager du paresseux – Didier Helmstetter

Rien que le titre en dit long. On se voit déjà bien installé.e dans un transat à regarder sa nourriture pousser tranquillement. Il faut dire qu’à ce niveau, le livre ne nous trompe pas : on en ressort avec une image radicalement différente de l’entretien d’un potager et beaucoup plus « minimaliste ».

Tu le sais, je souhaite développer ce projet de potager dans mon jardin afin de pouvoir me nourrir avec les fruits et légumes que je produis. C’est un projet au long terme car je ne souhaite pas rester dans mon logement actuel, mais je me « fais la main » en attendant.

J’ai vraiment adoré la lecture de ce livre, qui n’est pas qu’un manuel pratique pour faire pousser ses légumes sans effort. L’auteur, agronome de formation, propose de revoir entièrement comment fonctionne notre sol et la vie qui l’habite. Micro-organismes, champignons, insectes, qualité de la terre… J’ai réalisé que nous faisions vraiment n’importe quoi avec notre sol (à petite et grande échelle).

Je me suis aussi demandé pourquoi l’homme a toujours ce besoin d’intervenir partout où il est ? Retourner, «travailler » le sol. Investir les espaces naturels pour les modifier à son goût, ou les détruire en y construisant des villes. Je me rappelle cette phrase d’un collègue qui m’a particulièrement choquée à propos de la ZAD Notre dame des Landes : « Si on y construit pas un aéroport, qu’est-ce qu’on va en faire de ce terrain ? ». Ben, rien ? Ça te dirait pas un peu de lâcher ton besoin d’emprise et de destruction de tous les milieux naturels, et d’en laisser un peu aux autres êtres vivants (et à la nature d’une manière générale) ?

Bref, ce livre a remis en perspective le fait que la planète se débrouille très bien sans nous. Qu’un potager peut être productif sans tout chambouler (bien que l’on reste sur un modèle d’exploitation à partir du moment où on cultive des choses pour nous, mais l’impact est tout de même radicalement différent). Et que la nature est TRES bien faite. Chaque organisme/intervenant quel qu’il soit, a un rôle à jouer dans le cycle de la vie et n’est pas là par hasard (ni pour « nuire »).

Podcast grand bien vous fasse – les bienfaits du café

Le café, tant de polémiques sur cette petite boisson ! Elle protégerait du cancer ou des maladies cardiovasculaires. Elle serait au contraire « acidifiante » et par là même mauvaise pour la santé. La caféine serait addictive. On ne devrait pas boire plus de 3 tasses par jour… Autant de questions auxquelles chacun a sa réponse personnelle.

L’émission, grâce à 2 spécialistes particulièrement au fait des recherches scientifiques sur le sujet, remet à plat les idées reçues et les faits avérés.

Finalement, on réalise que le café n’est pas si mauvais que ça. Il convient énormément d’anti-oxydants. Ses effets sur la prévention de certaines maladies (cardiovasculaires notamment) ont été prouvées par de nombreuses études.

J’ai aussi appris que chaque personne peut réagir différemment à la caféine. En fonction des gênes qui s’expriment différemment. Je fais partie de ces personnes qui ne supportent pas le café. Une dose « normale » me rend malade : palpitations, nausées, aigreurs d’estomac, impossibilité d’endormissement (même après 12h). Avec cette émission, j’ai compris que mon corps digérait plus lentement le café que d’autres, à qui une tasse à 19h ne fera aucun effet. Je savais aussi déjà que le café contient de l’histamine, et que j’y suis sensible, ce qui augmente les effets délétères.

J’ai donc beaucoup apprécié qu’une émission prenne une bonne fois pour toute le temps de détricoter les « on dit ». Et finalement, je suis presque triste de ne pas pouvoir boire du café à ma guise (car j’aime son goût). Il semblerait qu’une variété particulière soit naturellement très peu dosée en caféine. A voir donc si ce ne serait pas une bonne alternative, pour une petite tasse de temps en temps… Je suis curieuse de savoir si tu bois du café (un peu, beaucoup, passionnément…) ou si comme moi tu as du mal à supporter sa digestion ?

Article – Les controverses biochimiques du régime cétogène

Le régime cétogène consiste à éliminer la quasi-totalité des sucres de notre alimentation. Quand je parle de sucres, j’entends toutes les sources de glucose, peu importe leurs qualités nutritionnelles annexes. Donc tant le sucre de table, que le miel, les produits laitiers, les sucrants alternatifs (sirop d’agave, aloe…), les fruits, les féculents … Tout, tout, tout. Le but est de réduire l’apport de glucose au minimum vital pour les cellules gluco-dépendantes (comme le sang).

A cette privation, le corps produit un substrat énergétique que l’on appelle corps cétoniques. Ce sont ces molécules qui ont des effets supposés bénéfiques pour notre santé, et qui font le succès du régime cétogène. En cause selon l’article, le béta hydroxybutyrate (coucou les étudiantes diets), qui agirait tant sur l’inflammation des tissus que sur la transcription des gênes (et donc leur expression, plus ou moins bénéfique sur notre santé).

Cependant, les études sur ce régime et les molécules en cause sont très récentes. Et pour l’instant force est de constater qu’aucune ne peut affirmer avec certitude des bienfaits de ce régime restrictif. C’est le cas de l’étude qui vient d’être publiée et qui est analysée dans cet article de l’Inserm. Les chercheurs auraient trouvé des effets contraires à ceux attendus sur l’action anti-inflammatoire et la transcription des gênes, de ces corps cétoniques.

Le souci avec ce régime également, c’est que la voie métabolique des corps cétoniques est censée être activée en situation de restriction alimentaire du corps (le jeûne). Pour l’instant, peu d’études sont publiées sur les bienfaits d’un tel régime sur le long terme.

Le fait est que pour l’instant, il n’est pratiqué médicalement que sur certaines pathologies : l’épilepsie, certains cancers et le diabète. Sans être pour autant certains, je le répète, de l’efficacité au long terme du régime. On ne peut que constater un mieux être au quotidien de ces personnes. Néanmoins, est-ce réellement un régime bénéfique à appliquer sur des personnes en bonne santé ? Nous n’en savons encore rien, et les études comme tu peux le voir sont encore contradictoires.

Je suis très intriguée par ce régime, tant au plan thérapeutique qu’en application sur des personnes en bonne santé. Je vais continuer mes recherches dessus et n’hésiterai pas à t’en parler une fois le sujet plus approfondi. Je termine un livre qui parle – entre autre – du jeûne thérapeutique de courte durée, qui lui semble de plus en plus accrédité par le monde médical. Mais il ne faut pas confondre un jeûne de courte durée effectué ponctuellement, à une diète restrictive en sucres sur une durée beaucoup plus longue (plusieurs mois voire années).

Pour l’instant, la meilleure recommandation est de ne pas réaliser ce régime seul.e. Si tu souhaites le tester pour une raison particulière, fais toi encadrer par des professionnels (médecins nutritionnistes ou diététicien.nes). Et ne le réalise que sur une période limitée.

Pourquoi pas également, si tu le souhaites vraiment, opter plutôt pour un régime pauvre en sucres, régime alimentaire déjà appliqué dans la prise en charge du diabète, plutôt qu’une absence totale de sucres ? (de même, rien de tel pour cela qu’un suivi diététique 😉 je prêche pour ma paroisse !)

As-tu déjà testé ce régime ? Ou es-tu tenté.e par lui?

Quelles ont été les découvertes qui t’ont fait.e réfléchir ce mois-ci ?

Partager:
Categorie:Réflexions
Articles précédents
4 idées de salades hivernales
Articles suivants
Reconversion – 1 an après le déclic

2 Commenter

  • février 3, 2019 à 8:53
    Marie

    Bonsoir Lorène, J’ai dû diminuer le café (j’en prends désormais 2 ou 3 maxi par jour : du très bon acheté en grains acheté chez un torréfacteur) parce que j’avais l’impression d’être énervée (surexcitée) toute la journée. Mon but est de diminuer encore à 1 tasse par jour ou même certains jours de parvenir à m’en passer complètement.

    Réponse
    • février 6, 2019 à 4:45

      Merci Marie pour ton retour ! Je vois parfaitement de quoi tu parles, cette sensation de surexcitation (pour moi ça se passe dès la 1ère tasse).

      C’est un bon objectif de diminuer à 1 tasse, si l’effet est trop fort. Tu peux peut être aussi demander à ton torréfacteur quel est le café le moins caféiné, pour pouvoir ainsi profiter du goût et des bienfaits, sans les effets secondaires. Je suis preneuse du type de café qu’il te conseillera, si tu peux lui demander 😀

      Belle fin de journée à toi,

      Lorène

      Réponse

Laisser un message